VIDÉO : FEUILLETON RADIOPHONIQUE TINTIN LE LOTUS BLEU – EPISODE 1

“Le Lotus bleu” représente une charnière qui fait passer les aventures de Tintin du statut d’aimable divertissement à celui d’œuvre de premier plan. En effet, malgré leurs qualités, les 4 premières aventures de Tintin n’étaient pas vraiment construites. Hergé concevait l’élaboration de ses histoires comme une activité sans grande importance, n’imaginant pas un seul instant l’avenir qu’elles allaient avoir.

D’ailleurs, dans ses confidences à Numa Sadoul (Entretiens avec Hergé), il le reconnaît lui-même :

…Je ne considérais même pas cela comme un véritable travail, mais comme un jeu, comme une farce. Tenez, le “Petit Vingtième” paraissait le mercredi dans la soirée, et il m’arrivait parfois de ne pas encore savoir le mercredi matin, comment j’allais tirer Tintin du mauvais pas où je l’avais méchamment fourré la semaine précédente...”

Pour lancer la vidéo, cliquez sur l’image ci-dessous : 

TINTIN DEVIENT DANS CETTE AVENTURE UN PERSONNAGE DE PLUS EN PLUS HUMAIN

Outre le fait que désormais Hergé accorde de plus en plus d’importance à la documentation et au réalisme, c’est à partir du “Lotus bleu” que Tintin prend véritablement une dimension humaine. Il apparaît avec ses faiblesses, son courage et sa peur. Pour la première fois il noue avec les autres personnages des rapports qui ne sont pas basés essentiellement sur l’action. C’est l’amitié qui semble bien être le moteur principal de cette histoire qui engendre l’émotion. C’est par exemple dans “Le Lotus bleu” que Tintin pleure pour la première fois (à propos de la peine qu’éprouve Madame Wang devant la folie de son fils Didi). Il pleurera encore lorsqu’il quittera Tchang pour son retour vers l’Europe, à la fin de l’album.

UNE FORTE COLORATION POLITIQUE

Le souci documentaire qui anime Hergé, va le conduire à donner au “Lotus bleu” une forte coloration politique qui fait de cette aventure une des plus “engagées”.

Pour la première fois, Hergé utilise des événements précis liées à l’actualité. Dans « Le Lotus bleu », en 1936, Hergé adopte sa première position anticolonialiste et s’indigne de l’occupation de la Chine par le Japon, alors même que l’Europe soutient béatement le Japon. 

Il s’appuie sur l’invasion par les troupes japonaises d’occupation d’un territoire chinois, la Mandchourie, suite à un pseudo attentat ferroviaire à Moukden. Cet attentat fut attribué aux Chinois par les Japonais alors que selon toutes apparences, il fut le fait des japonais. On assiste là, déjà, à l’utilisation des procédés de manipulation et de désinformation.

 

Partagez si ça vous a intéressé
  • 102
  •  
  •  
  •  
  •  
    102
    Partages
  • 102
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *