MAGNIFIQUE LIVRE COFFRET : LES TRÉSORS DE TINTIN

A VENDRE 28€ seulement. Voici un très bel ouvrage dans lequel Dominique Maric retrace la genèse des aventures de Tintin et brosse, en filigrane, le portrait de son créateur, Hergé, alias R.G., alias Georges Remi. Au fil des chapitres, album après album, année après année s’égrènent les anecdotes qui ont émaillé la réalisation des vingt-quatre aventures de Tintin ainsi que les épisodes majeurs de la vie de son auteur. Richement illustré, il contient vingt-deux trésors, documents rares et inédits reproduits avec soin, sous forme de fac-similés. Il ravira tous les tintinophiles avertis, mais s’adresse aussi à un public curieux et passionné de bandes dessinées et de beaux livres.

Le courage de Tintin, le langage fleuri du capitaine Haddock, les bijoux (et cris d’orfraie) de la Castafiore, la curiosité de Milou, la classe naturelle des Dupondt ou le sens de la répartie de Tournesol… Un univers qui nous enchante, résonne au plus profond de notre enfance et que nous nous empressons, une fois adultes, de transmettre à nos enfants, comme un héritage.

Dans son livre-objet « Les Trésors de Tintin » Dominique Maric revient sur la réalisation des vingt-quatre albums de Tintin ainsi que sur les épisodes majeurs de la vie de son auteur. Mais il détaille surtout sur les vingt-deux fac-similés du coffret, des véritables trésors, car ils reproduisent des documents rares et inédits de la vie et du travail d’Hergé, dont une réplique du premier exemplaire du Petit Vingtième, datant de 1929.

 Il s’agit de l’édition de luxe sous forme de coffret, avec un livre et les 22 fac-similés séparément. 

Spécifications
• édition luxueuse sous coffret contenant l’ouvrage au format 298 x 260 mm, 96 pages + gardes
• 22 documents fac-similés rares sous pochette
• Impression 4 couleurs sur papier couché mat 150 gr. Couverture cartonnée
• Mise sous film individuelle
Mise en vente: 5 novembre 2014 

ÉTAT DU LIVRE- COFFRET

Le livre est en excellent état.

TARIF ET CONDITIONS D’ENVOI :

28€ seulement

+ 15€ ou 18€ pour envoi recommandé avec remise en mains propres

Modes de règlements acceptés : Pas de Paypal ! Uniquement chèques bancaires d’une banque française ou virements bancaires. À partir du moment où j’ai reçu votre règlement je considère que le coffret est désormais votre propriété, je suis donc très attentif à l’emballage. Envoi rapide sous emballage professionnel sous carton rigide, assurant une parfaite protection de votre coffret. Les frais d’envoi comprennent l’emballage et l’affranchissement pour une remise recommandée en mais propres. Ils sont de 10€ pour la France et de 15 euros pour l’Europe. (vous avez donc intérêt à regrouper plusieurs articles)

GARANTIE SATISFAIT OU REMBOURSÉ

La description qui est faite de cet article est sincère et fidèle. Il n’y a aucun risque de déception pour vous d’autant plus que vous bénéficiez de la garantie “Satisfait ou Remboursé”. Il vous suffit de renvoyer le livre dans son emballage d’origine (à vos frais) pour être remboursé.

Pour acheter ce coffret, merci de remplir le formulaire ci-dessous et nous vous contactons dès réception. Merci et à très bientôt :

INTERVIEW DE DOMINIQUE MARIC

Quelle était votre idée de base en réalisant ces Trésors de Tintin ?

« …Avec les Trésors de Tintin, nous voulons montrer véritablement le travail de l’auteur. Les livres sur Hergé et Tintin sont légion, dans tous les styles et pour tous les goûts. Ayant été professeur au Lycée pendant une trentaine d’années, j’ai toujours été marqué par le fait que, malgré les notions et les visuels dévoilés dans ces ouvrages, il manquait peut-être des exemples de la « cuisine intérieure » d’Hergé. Ayant collaboré au Musée Hergé, j’ai également été frappé des confusions que le visiteur/lecteur pouvait encore faire entre les différentes facettes qui amènent à la réalisation d’un album : le crayonné, l’encrage, l’original, le bleu de coloriage, la gouache, l’aquarelle, la mine de plomb, le format, le matériau utilisé, le support, etc. Le fil rouge de cet ouvrage est une pochette qui comprend une série de 22 fac-similés qui permettent de mieux comprendre ces notions…« 

Vous travaillez pour Moulinsart, on peut donc imaginer que vous n’avez eu que l’embarras du choix ! Qu’est-ce qui a finalement guidé la composition de cet assortiment ?

« …Pour ces fac-similés, je voulais donner des éléments des étapes du travail de l’auteur pour que le lecteur puisse être, comme disait Philippe Goddin : « par-dessus l’épaule d’Hergé », dans son laboratoire. Je suis très fier de la qualité du travail de reproduction. Cela permet au grand public d’avoir accès à des éléments qu’ils ne verraient normalement que dans un musée, d’où l’appellation de Trésors de Tintin. Quant au choix, il est bien entendu subjectif, mais j’ai à la fois voulu présenter des éléments rares ou peu connus, et présenter chaque étape, de l’embryon de départ jusqu’à l’épreuve finale…« 

Sans oublier l’étape commerciale, avec ce formidable dépliant où Tintin fait lui-même l’article auprès d’un libraire !

« …Il s’agit effectivement d’un de mes coups de cœur ! Ce dépliant « Bonjour Monsieur le Libraire » a été réalisé juste après la guerre : Tintin démarche les libraires belges et français pour présenter ses albums. C’est un très beau document qui n’avait jamais été reproduit en grandeur nature recto-verso. Il fait la synthèse de beaucoup de choses : la présentation des récits d’avant-guerre avec les premières couvertures couleurs, deux très beaux extraits du diptyque du sommet graphique du Secret de la Licorne – Trésor de Rackham le Rouge, Tintin qui se met en avant à la place d’Hergé, et surtout au niveau des couleurs, du soin et de la présentation, on comprend qu’Hergé est capable, même pour une simple affiche publicitaire, de déployer de grands talents…« 

Ce dépliant n’était d’ailleurs pas présent dans la première édition vendue dans les boutiques Tintin, un ouvrage qui comptait des enveloppes que l’on découvrait au sein du livre lui-même pour accéder aux fac-similés. Pourquoi avoir changé de présentation dans cette version en coédition avec Casterman ?

« …Globalement le contenu demeure, mais nous avons maintenant choisi de le présenter dans un coffret, avec le livre d’un côté, et les fac-similés dans une pochette de l’autre. Il faut avouer que les enveloppes étaient parfois compliquées à manipuler dans la précédente édition. Elles augmentaient l’épaisseur du livre, ce qui le rendait attrayant, mais finalement peu commode à la lecture. Ce nouveau format est donc plus pratique, un peu plus économique, ce qui a permis de publier l’ouvrage à une plus grande dimension, tout en respectant toujours la qualité des reproductions. En effet, il faut reconnaître qu’il y avait eu quelques erreurs de présentations des fac-similés dans le précédent ouvrage, corrigées maintenant pour ces versions grand public…« .

Des erreurs de quelle sorte ?

« …Quand on connaît le prix de la réalisation d’un seul fac-similé, le rapport qualité/prix de cet ouvrage est assez exceptionnel. En dédicace, lorsque j’étale la panoplie que le livre contient, le public est souvent incrédule, car il n’imagine pas que le livre contienne tout cela ! Ce coût rend compte de la complexité de chaque reproduction : il faut jouer avec l’original, le support, le format, les couleurs, etc. Dans la précédente version, une petite image promotionnelle des Sept Boules de Cristal n’était pas accompagnée de son petit texte explicatif, ainsi que son verso. Quant au bandeau-titre d’On a marché sur la Lune, nous l’avons étendu à la globalité de la première page du Journal Tintin et ses cases inédites où Hergé fidélise son public en faisant le lien avec la précédente aventure du Pays de l’Or noir. Au verso de cette page, a également été reproduit le véritable verso de la page du Journal Tintin, un article sur les voitures qui illustre l’ambiance du journal. Autre changement : la page 22 bis des Picaros (qui ne figure pas dans l’album), avait sa mise au trait et son bleu de coloriage agrafés. Or, le but était de les séparer pour comprendre la dynamique qui les unit…« 

Quel est pour vous l’élément qui permet de mieux comprendre la « cuisine interne » d’Hergé ?

« …Le cahier d’Hergé, dans lequel il note des idées au vol ! C’est à la fois très beau, car Hergé avait une belle écriture, et très intime. Je pense aussi à une lettre qu’Hergé a écrite à des amis en 1934 : elle permet d’observer l’orthographe et l’écriture d’Hergé, son travail de graphiste via son logo, et bien entendu son contenu, qui est très intéressant !…« 

À côté de ces reproductions, il y a bien entendu le livre en lui-même. Quel a été votre angle d’approche ?

« …J’ai passé en revue la chronologie des albums de Tintin en donnant une idée de chaque thématique, de l’esprit de son temps, de son contexte historique, d’un zoom sur les autres créations d’Hergé, mais aussi sur les nouveaux personnages qui apparaissent dans chaque récit. Bien des livres destinés à de grands connaisseurs sortent chaque année, mais je trouve qu’il y a aussi un renouvellement du public, celui-ci n’étant d’ailleurs pas toujours informé de bon nombre de subtilités comme ce qu’est la Ligne claire, ou qui sont Bob de Moor ou Jacques Martin ? De nouveaux livres généralistes sont donc toujours nécessaires, car certains anciens livres sont épuisés. Par ailleurs, les nouvelles techniques d’impression permettent de partager encore bien des documents. Voilà le pitch de ce livre-objet, à mi-chemin entre le livre et l’objet. À travers ce livre et ces documents, nous voulions montrer au-delà d’une bande dessinée ce que pouvait être un auteur…« 

Tout cela signifie que Tintin reste d’actualité, même si certaines polémiques ne cessent de tourner…

« …J’en profite pour remonter une anecdote justement à propos de Tintin au Congo. À l’époque du Maréchal Mobutu, la république du Zaïre (ainsi qu’elle s’appelait) a voulu rééditer cet album dans le grand journal Zaïre, l’équivalent de L’Express. Recevant cette demande dans les années 1970, Hergé était gêné et plutôt défavorable, estimant que cette histoire était parfois caricaturale, un péché de jeunesse à remettre dans son contexte, etc. Les responsables zaïrois du magazine ont répondu que, justement, cela les amusait de le republier dans cette forme, rigolant de la façon dont les blancs pouvaient les percevoir dans les années 1930…« 

L’AVIS DE JACQUES SCHRAÛWEN, Chroniqueur à la Radiotélévision Belge

« …La première caractéristique de cet  » album « , c’est de se différencier, par son aspect, de toutes les  » sommes  » déjà publiées sur Hergé: c’est un superbe livre-objet, en effet ! Accompagnant le texte, fouillé et didactique tout à la fois, une farde contient toute une série de fac-similés particulièrement bien réalisés. Et cette présentation, offrant un panorama multiple de la multiplicité de l’œuvre de Hergé, réussit, ainsi, à s’adresser à d’autres lecteurs qu’aux spécialistes. Le choix était vaste, pour ces fac-similés, très certainement, mais le résultat est à la hauteur des ambitions affichées par l’auteur : il a un côté parfois  » intime « , parfois universel, toujours intéressant!

La construction de ce livre est, elle aussi, marquée par l’originalité. Maricq a choisi la voie de la linéarité chronologique, passant d’album en album pour y décrire des thématiques variées : le paradoxe congolais, l’Amérique au-delà de la carte postale, le triomphe de l’atome, les paysages… Mais ce que Dominique Maricq fait surtout, c’est tracer à la fois une ligne du temps et une ligne de la qualité et de la renommée au sujet de Hergé, tout autour de ses albums. Ses chapitres, et leurs intitulés, sont d’une clarté exemplaire : De la spontanéité à la maîtrise – le temps des chefs-d’œuvre – le temps de la maturité – le temps de la gloire. L’iconographie répond à l’ambition du texte, également. Bien sûr, on peut ne pas être toujours d’accord avec les choix de Maricq, et ne pas considérer comme chefs-d’œuvre les opus de Tintin qu’il met en avant ! Mais c’est ça aussi, la réalité de  » Tintin « , tout compte fait : celle de répondre, d’abord et avant tout, à la subjectivité du lecteur.

Tintin est un personnage de papier qui, depuis bien longtemps déjà, a dépassé les seules frontières de la bande dessinée. Le style  » ligne claire  » continue, inlassablement, à faire des émules. Le sens de la  » communication  » de Hergé ou de son entourage, dès les débuts de Tintin, a sans doute permis, c’est évident, de faire de ce héros un des mythes du vingtième siècle. Mais il n’y a pas que cela. Il y a, d’abord et avant tout, une évidente qualité tout au long des aventures de ce petit reporter qui ne vieillit pas, et qui ne vieillira jamais, qualité graphique, qualité des scénarios, et efficacité totale des histoires ainsi racontées et dessinées. Au-delà du mythe, il y a incontestablement une œuvre véritable, que décortique sans pédanterie Dominique Maricq, une œuvre qui n’est pas près de voir ses fans se clairsemer !

Cet ouvrage constitue véritablement un essai majeur consacré à l’œuvre de Hergé, agrémenté d’une présentation extrêmement didactique, voire même parfois ludique. Un livre à feuilleter, à toucher, à placer en bonne place dans votre bibliothèque !... »

VIDÉO DE GUNHED TV QUI PRÉSENTE L’OUVRAGE

Cliquez sur l’icône YOUTUBE en bas à droite de l’écran pour voir la vidéo en plein écran

Voici le lien de la chaine YouTube GUNHED TV  : https://www.youtube.com/channel/UCZDzhAyMddbMmn0InHJiWvQ

 

 

Partagez si ça vous a intéressé
  • 78
  •  
  •  
  •  
  •  
    78
    Partages
  • 78
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *