TINTIN : YVES RODIER NOUS PARLE DE SON ALPH’ART (VIDÉO)

Extrait de la vidéo d’Yves Rodier. Trois de ses amis, Christian Proulx, Benoit Chouinard et Éric Millan, passionnés de Tintin, ont rejoint le Bébelleux sur son île pour parler avec lui de leur passion commune ! Cet extrait concerne l’Alph-Art de notre ami.

Pour lancer la vidéo, cliquez au milieu de l’image

Tintin et l’Alph-Art est l’ultime aventure de Tintin, laissée inachevée après la mort de son créateur Hergé en 1983. Le projet devait à l’origine être achevé par Bob De Moor, mais cette reprise fut refusée par Fanny Remi, veuve de Hergé. C’est pourquoi en 1986 l’album a été publié dans sa version inachevée, comprenant les notes d’Hergé, les pages crayonnées et une partie des croquis.

Rapidement, de nombreux fans déçus se sont attelés à leur propre version. Celle d’Yves Rodier (exclusivement en noir et blanc, mais avec des hors-textes couleurs comme dans les albums de Hergé d’origine) qu’il commença à l’âge de 19 ans, est terminée en 1991 et les très rares exemplaires tirés par Yves pour ses amis les plus proches sont vite devenus un objet de convoitises parmi les collectionneurs.

Bob De Moor, que Yves Rodier rencontre quelques mois avant sa mort, apprécie suffisamment le travail du Québécois pour émettre le projet – utopique- de son propre aveu – de s’en servir comme base pour terminer l’album de Hergé, avec l’aide de Greg pour retravailler le scénario. Avec le recul, Rodier dit cependant avoir un peu honte de ce travail de jeunesse.

Dans le courant des années 1990, de nombreux margoulins s’emparent d’un exemplaire tombé entre leurs mains pour réaliser des tirages pirates qui s’achètent sous le manteau chez des libraires spécialisées à prix d’or. Toutes ces ventes se font bien entendu sans le consentement, ni des ayants droit d’Hergé, ni de Rodier, lequel ne touchera pas un seul centime dans ces tristes magouilles.

En 2001, Yves Rodier essaiera de stopper cette surenchère en autorisant deux sites, à diffuser gratuitement sa version de L’Alph-art. Ce ne sera pas du goût de la Fondation Hergé qui attaque les sites pour faire stopper la diffusion de l’album interdit.

Dédicace de Bob de Moor – Le dessin est de Yves Rodier

Mais laissons la parole à Yves, concernant sa rencontre avec Bob de Moor :

Bob et moi nous sommes rencontrés au  »Festival BD » à Brossard, près de Montréal, en septembre 1991. Nous avions déjà correspondu quelques fois auparavant, concernant ma version de « Alph-Art » que je dessinais à l’époque. Plus précisément je lui avais demandé quelques précisions techniques, le type de stylo qu’il utilisait, etc.

Au moment où il est venu au festival, j’avais déjà terminé l’album depuis quelques mois. Il l’a lu et s’est livré à une analyse détaillée. En ce qui concerne le scénario, il a trouvé que c’était très sommaire, mais il a reconnu aussi que c’était principalement dû au scénario de Hergé.

J’ai plutôt bien réussi malgré cela, alors il me l’a dit, mais il était convaincu que le scénario devait être retravaillé. Maintenant, tant d’années plus tard et avec beaucoup plus d’expérience, je vois clairement ce qu’il voulait dire et je suis entièrement d’accord avec lui.

En ce qui concerne le dessin, il a été plutôt impressionné par ma maîtrise du style de Hergé, mais il l’a cependant trouvé encore un peu maladroit. Il était également impitoyable sur comment j’avais « emprunté » des dessins existants. Je me souviens clairement de lui en me montrant une page et en disant :

« Certains de tes dessins sont assez bons, et ils pourraient être montrés au public qui penserait qu’ils proviennent d’un album de Tintin inédit, mais à côté de ce dessin, tu peux voir un motif qui est clairement inspirés par une bande de « The Red Sea Sharks ». Cela, pour moi, ruine l’impression qu’il s’agit d’une nouvelle aventure de Tintin. Quand nous dessinions un nouvel album nous ne regardions jamais ce que nous avions fait auparavant. Tout était complètement nouveau. Il n’y avait aucun sentiment de « déjà vu », ce que j’ai quand je regarde ton album. « 

À partir de ce moment, j’ai toujours travaillé dur pour créer moi-même tous mes dessins sans copier ni tracer quoi que ce soit pour essayer de ne jamais recréer ce sentiment de « déjà vu ».

Maintenant, je voulais vraiment présenter mon travail à Casterman et à la Fondation Hergé. Bob m’a prévenu qu’ils ne le publieraient jamais. Mais il m’a toujours offert le soutien nécessaire. Il m’a dit: « Dans un monde parfait, ce serait bien s’ils acceptaient que nous refaisons complètement le design ensemble! Nous pourrions demander à Greg de réviser le scénario et d’arranger les choses. »

J’étais ravi! Mais il m’a regardé et a dit, avec une étincelle dans les yeux: « Ne vous laissez pas emporter, c’est de l’utopie pure, hein. Cela n’arrivera jamais! Cependant, si jamais je fais un nouvel album Barelli, nous pourrions travailler ensemble. Qu’en pensez-vous? « C’était un » oui « évident pour moi!

Nous avons correspondu une ou deux fois avant sa mort, ce qui m’a vraiment rempli de tristesse ...

POUR VOIR LA VIDEO D’YVES (elle dure plus d’une heure) et appendre d’autres choses sur Tintin et Hergé, CLIQUEZ SUR L’IMAGE CI-DESSOUS

 

Partagez si ça vous a intéressé
  • 130
  •  
  •  
  •  
  •  
    130
    Partages
  • 130
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *