TINTIN – DESSINS ANIMÉS BELVISION 1960 : OBJECTIF LUNE (Vidéo)

Pour voir tout de suite le dessin animé de l’époque (durée 84 minutes), cliquez sur l’image ci-dessous :

DE TRÈS NOMBREUSES DIFFÉRENCES AVEC L’ALBUM

OBJECTIF LUNE

Cette version est fusionnée avec On a marché sur la Lune.

  • Contrairement à l’album où deux autres saboteurs sont parachutés et tirent sur Tintin, Jorgen est le seul ennemi à s’introduire dans la base. De plus, en examinant la fusée expérimentale, Jorgen est attaqué par Milou et le pousse dans la fusée avant de déclencher le décollage.
  • Tintin et ses compagnons construisent une deuxième fusée et vont sur la Lune non pas pour l’explorer mais pour sauver Milou, enfermé dans la petite fusée et n’ayant que quelques jours d’oxygène devant lui.
  • La fusée lunaire est baptisée « Fusée XM2 » alors qu’elle est simplement appelée « Fusée lunaire » dans les albums.
  • Le whisky du Capitaine Haddock est remplacé par du café.
  • Le capitaine Haddock s’envole dans l’espace, non par ivresse, mais parce qu’il ôte ses chaussures qui lui font mal (alors que le manque de pression devrait gravement affecter ses pieds).
  • Les Dupondt n’ont pas les cheveux et la barbe qui poussent puisqu’il n’y a pas eu l’aventure Au pays de l’or noir.
  • Les personnages doivent faire face à une pluie de météorites sur la Lune, et se retrouvent emprisonnés dans une grotte dont ils s’échappent en utilisant de la dynamite.
  • Au lieu d’un char lunaire, le professeur Tournesol a une espèce de mini-vaisseau volant à toit transparent.
  • La fusée, en revenant sur Terre, se fracasse contre des rochers et tombe sur le côté, provoquant un incendie.
  • Tintin n’a jamais connu Jorgen, alors que dans l’album, ils se sont rencontrés dans Le Sceptre d’Ottokar quand il est le colonel au service de sa majesté.
  • Jorgen et Frank Wolff restent en vie et sont ramenés sur Terre prisonniers, contrairement à l’album où Jorgen se fait tuer accidentellement par Wolff qui, par la suite, se suicide en sautant dans l’espace. Les héros remercient Wolff pour leur avoir sauvé la vie au moment où Jorgen a tenté de les éliminer.
  • Jorgen vouvoie Wolff dans cette version tandis que dans l’album, il le tutoie.
  • Jorgen est habillé en veste d’aviateur marron, pull, pantalon et chaussures noires alors que dans l’album, il a la veste d’aviateur de la même couleur, mais porte un pull jaune en col roulé, pantalon gris et chaussures marrons.

Pour en savoir plus :

C’est en 1956 que Belvision parvient enfin à sortir Tintin et Milou, les personnages vedettes du journal, de ses cartons. Elle signe un contrat avec la Radiotélévision Française, portant sur deux séries de dessins animés Tintin. Il s’agit d’une série d’animations réalisée en 1957 par Belvision pour la Radiotélévision française (la RTF car il n’y avait qu’une seule chaîne en France à cette époque). Deux premiers films sont réalisés en 16 mm noir et blanc, à partir des albums Le Sceptre d’Ottokar et L’Oreille Cassée.

Le résultat sera malheureusement à la hauteur des ambitions limitées par la technique utilisée : franchement décevant ! En dépit d’un commentaire enjoué, assuré par le très populaire Jean Nohain, Le Sceptre d’Ottokar (1956-57) et L’Oreille cassée (1957-58) laisseront tout le monde insatisfait.

Leblanc, engage alors Ray Goossens, un professionnel venu du dessin animé publicitaire, que lui a recommandé Van Milleghem (le rédacteur en chef de Kuifje, la version néerlandaise du Journal Tintin.

Raymond Leblanc (à gauche) et Ray Goossens

Sous l’impulsion de Goossens, Belvision renonce définitivement au 16 mm en noir et blanc, et s’équipe pour le 35 mm en couleurs. On passera de la semi-animation à la « full animation » en utilisant le système des calques à ergots et le tracé des images sur cellos.

En 1960, Raymond Leblanc parvient à associer Télé- Hachette, la filiale de l’éditeur français, à ses projets cinématographiques sur Tintin.

L’objectif est de produire cinq minutes utiles par semaine. Pour y arriver, il faut élargir l’équipe.

C’est ainsi que Belvision passe en quelques semaines de vingt à cent vingt personnes. Une minute d’animation par jour ! C’est à ce rythme que s’élaborent Le Secret de La Licorne (1961) et Le Trésor de Rackham le Rouge (1962), L’île Noire et L’Étoile mystérieuse (1962), etc.

Hergé participe davantage au processus d’élaboration, et supervise pas mal de réunions entre ses collaborateurs (Bob De Moor et Jacques Martin) et ceux de Belvision.

Les Aventures de Tintin, d’après Hergé, réalisé par Ray Goossens et produit par Belvision et Télé-Hachette entre 1959 et 1964 peuvent être considérées comme la première véritable adaptation en dessins animés des Aventures de Tintin.

Elle regroupe 6 histoires de Tintin.

  1. Objectif Lune (qui reprend également la trame de On a marché sur la Lune).
  2. L’Île Noire,
  3.  Le Crabe aux Pinces d’Or,
  4. L’Étoile Mystérieuse,
  5. Le Secret de la Licorne,
  6. Le Trésor de Rackham le Rouge
Hergé, Bob de Moor et Ray Goossens, devant le découpage de L’île Noire

« Les Aventures de Tintin, d’après Hergé »… c’est par ces mots que commençait chaque épisode. Chaque aventure étant découpée en petits épisodes d’environ 5 minutes précédé d’un résumé et suivi de l’annonce de l’épisode suivant. Les 6 aventures adaptées comptent au final 50 épisodes de 5 minutes. Chacun se concluait par un teaser mettant en haleine le spectateur et l’incitant à ne pas manquer le prochain épisode.

Plusieurs libertés ont été prises dans l’adaptation et la qualité scénaristique était parfois faible.

Après 89 épisodes de cinq minutes, Télé-Hachette se montre insatisfait du résultat et décide, en 1963, de ne pas reconduire le contrat avec Belvision.

Partagez si ça vous a intéressé
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.