MAIS QUE FAIT TINTIN A SAINT NAZAIRE ?

Six grands panneaux reprenant des cases de l’album Les 7 Boules de Cristal  ont été placés à divers endroits de la ville et jalonnent le passage de Tintin à Saint-Nazaire… Mais que fait Tintin en escale à Saint-Nazaire ? Les immenses vignettes, de la gare au port, en passant par Penhoët et la base sous-marine, étonnent. Quel est donc le lien entre Tintin et Saint-Nazaire ?

Elles font complètement partie du décor et se fondent dans le paysage nazairien. Ces six vignettes de 5 m de haut et de 4,70 de large, en métal émaillé, retracent tout simplement l’escale de Tintin à Saint-Nazaire dans le célèbre album Les 7 boules de Cristal. Le reporter à la houppette, flanqué de son Milou et de l’incroyable capitaine Haddock est à la recherche du professeur Tournesol, kidnappé. La voiture des ravisseurs est retrouvée dans le port. Sur les quais nazairiens, Tintin repère le redoutable général Alcazar, prêt à embarquer. Voilà pour le scénario.

RETOUR VERS LE PASSÉ

Hergé a consacré trois pages et demi à Saint-Nazaire 

Pourquoi Hergé a-t-il justement choisi Saint-Nazaire ?

La réponse réside dans l’existence d’une ligne transatlantique vers l’Amérique du Sud et centrale avec un départ du port français et ce jusqu’à la Seconde Guerre Mondiale. L’ouverture de la ligne transatlantique avait été favorisée par l’implantation des chantiers navals à Saint-Nazaire en 1862. Il ne faut pas oublier que l’empereur Napoléon III participe à la Guerre du Mexique et qu’il a besoin d’y envoyer très rapidement Hommes et matériels.

La Compagnie Générale Transatlantique, est chargée de construire les paquebots sur le site du Penhoët. Le premier de ces paquebots est baptisé Impératrice Eugénie, Il est lancé au printemps 1864.

La Compagnie Générale Transatlantique est rapidement devenue le premier employeur de la ville. A la veille du premier conflit mondial, la ligne fonctionne à raison de 2 départs par mois. Mais la crise de 1929 met à mal le transport maritime. Il n’y a plus assez de voyageurs fortunés. En 1932, la ligne vers le Mexique est supprimée, ne subsiste plus que des liaisons vers les Caraïbes et Panama. Pendant la seconde guerre mondiale l’occupant allemand va détruire les installations de la Compagnie Générale Transatlantique, les remplaçant par un base sous-marine pour ses U-Boot.

D’où un anachronisme de la part de Hergé. La scène avec Tintin, censée être en 1946, se déroule dans une ville fictive. Car cette dernière n’est plus la même tant les blessures de la guerre sont flagrantes dans une ville libérée seulement le 11 mai 1945 ! Saint-Nazaire a été détruite à hauteur de 85 %. De cette période transatlantique florissante ne subsiste que des noms de rues (La Havane, Mexico, Veracruz…).

En 1986 Jean-Claude Chemin crée l’association Les 7 soleils. Son idée, « faire revivre le passage de Tintin à Saint-Nazaire. Une manière de faire renaître le passé de cette ville », confiait-il alors. Comment ? En reproduisant les vignettes de la BD et en les implantant là où Hergé a dessiné les scènes. L’affaire n’a pas été simple. Il a fallu convaincre la fondation Hergé et Moulinsart SA, très tatillons sur le patrimoine « Tintin ». Trouver des sous aussi. Trois ans après le gros succès d’une exposition consacrée à Tintin en 1992, Saint-Nazaire accueillait sa vignette grand format, premier jalon d’un parcours en six étapes, dans les pas du reporter. Trois agrandissements seront installés en 1995 et 1996, deux en 2003, le dernier en 2004. C’est ainsi que l’on retrouve Tintin à l’entrée de la ville, près de la gare, puis à Penhoët, rue des Chantiers, près du pont du Pertuis, dans la base sous-marine et quai du commerce. Le périple se termine par la table d’orientation, au pied du Vieux Môle au Petit Maroc. Imaginée par le plasticien Jérôme Besseau et construite à la cité scolaire et à l’Afpa, elle réunit depuis 2010 les 12 autres ports réels et deux lieux maritimes imaginaires visités par Tintin. Depuis quelques années l’office de tourisme édite un petit document traduit en espagnol, allemand et anglais, permettant de faire la balade.

 

Cliquez au milieu de l’image pour découvrir le dépliant

Une 7e vignette ? Une septième vignette était bien dans les cartons « dès l’origine du projet », se souvient Jean-Claude Chemin. Au début de l’album Le Temple du Soleil, Tintin, Haddock et Milou retrouvent les Dupont et Dupond envoyés par la police nazairienne. Une reproduction devait donc être installée en 1994 à Lima. La date avait même été choisie : le 3 novembre, jour de l’éclipse totale du soleil en Amérique du sud. « Mais si le soleil fut au rendez-vous avec la lune, le financeur fit faux bond. Techniquement nous étions prêts et le lieu à Lima était trouvé », ajoute le Nazairien. L’idée n’est pas abandonnée. « Faudra-t-il attendre la prochaine éclipse totale sur le continent sud-américain pour qu’elle devienne effective ? Le 2 juillet 2019 et le 14 décembre 2020 ? ». Chiche.

Un retour ? L’aventure de Tintin à Saint-Nazaire pourrait bien se poursuivre comme le laisse entendre, énigmatique, Jean-Claude Chemin :

Les conditions sont réunies pour que le capitaine Haddock, fort bien accueilli par ses collègues sur le port, revienne à Saint-Nazaire… 

Comment ? Mystère…

Cathy Ryo

Publication transmise par l’ami Richard REYES

 

Partagez si ça vous a intéressé
  • 129
  •  
  •  
  •  
  •  
    129
    Partages
  • 129
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.