HERGÉ C’EST AUSSI : MONSIEUR BELLUM (1939)

Monsieur Bellum est certainement le héros d’Hergé qui connut la carrière la plus courte. Il ne vécut en effet que le temps de quatre gags, qui parurent dans L’Ouest, hebdomadaire neutraliste bruxellois, crée par Raymond de Becker, du 7 au 28 décembre 1939. Ironie du sort, cette bande pacifiste fut interrompue par la mobilisation d’Hergé !

Le Monsieur Bellum de Hergé (À ce propos le nom est éloquent, Hergé fait un jeu de mots avec Monsieur Bellum puisqu’en latin ce mot « bellum » signifie « guerre »… On le retrouve d’ailleurs dans la locution latine « Si vis pacem, para bellum » = Si tu veux la paix, prépare la guerre) représente les « va t’en guerre », dont les rodomontades exaspèrent le très neutraliste et très pacifiste Hergé, fidèle en cela à la position du roi Léopold.

En effet, au milieu d’une Europe qui fourbit ses armes, la Belgique est un des pays (avec les Pays-Bas le Luxembourg, le Portugal, etc…) à se voir garanti un statut de neutralité. Ni pour l’un, ni pour les autres : telle est la devise d’un pays neutre. Dès le mois de septembre 1939, le gouvernement belge donne des instructions tacites à la presse pour que cette dernière conserve un équilibre dans les louanges et les critiques vis-à-vis de l’Allemagne ou des pays alliés.

Raymond de Becker

Raymond De Becker, issu de l’action catholique, belgiciste et neutraliste avant 1940, créa l’Ouest fin 1939, organe bénéficiant d’une discrète aide financière allemande, ultra-neutraliste, auquel collaborait le journaliste (maurrassien) Robert Poulet.

Les principaux rédacteurs appartenaient à la mouvance neutraliste, prônée depuis plusieurs années par Léopold III, mais étaient plus hostiles à un rapprochement avec les alliés franco-anglais qu’avec l’Allemagne. On sait que lorsque l’armée allemande quelques mois plus tard occupera la Belgique, c’est ce même De Becker qui prendra la tête du quotidien Le soir (le fameux « Soir Volé »).

Les quatre planches de Hergé fustigent les Belges bellicistes et francophiles, qui lisent les bobards de « Paris-Soir ».

Signalons que Hergé accepta de dessiner le titre du journal et les titres de 4 rubriques

 




Partagez si ça vous a intéressé
  • 113
  •  
  •  
  •  
  •  
    113
    Partages
  • 113
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.