RIDGEWELL : EN RÉALITÉ UN FANTASQUE EXPLORATEUR

Pour cet étonnant explorateur, virtuose de la sarbacane, Hergé s’est inspiré du colonel britannique Percy Harrison Fawcett (1867 – 1925 ?), lequel avait servi en Orient, et notamment à Ceylan, en tant que fonctionnaire des services secrets britanniques.

Le colonel Percy Harrison Fawcett est né en Angleterre en 1867 et était un explorateur britannique célèbre dont les aventures légendaires ont captivé le monde entier. Officier dans l’armée et arpenteur-géomètre, Fawcett était le dernier des grands explorateurs territoriaux ; des hommes qui s’aventuraient dans des endroits vides sur la carte avec à peine plus qu’une machette et une boussole.

Pendant des années, il a survécu sans contact dans le désert et s’est lié d’amitié avec des tribus qui n’avaient jamais vu un homme blanc. Ses exploits en Amazonie ont inspiré des livres et des films hollywoodiens ; Indiana Jones serait ainsi prétendument basé sur Fawcett. En 1906, la Royal Geographical Society, une organisation britannique qui parraine des expéditions scientifiques, invita Fawcett à arpenter une partie de la frontière entre le Brésil et la Bolivie. Il a passé 18 mois dans la région du Mato Grosso et c’est au cours de ses différentes expéditions que Fawcett est devenu obsédé par l’idée de civilisations perdues dans cette région.

Fawcett a formulé les théories d’une cité perdue qu’il a appelé ‘Z’ en 1912. Sa conviction a été alimentée en partie par la redécouverte de la cité inca perdue du Machu Picchu, en 1911, cachée dans les Andes péruviennes. Au cours de ses voyages, Fawcett a également entendu parler d’une cité secrète enterrée dans les jungles du Chili dont les rues étaient pavées d’argent et les toits d’or.

Pour en savoir plus sur la Cité Perdue, cliquez au milieu de l’image

Il localisa le site d’une ville et, en 1925, âgé de cinquante-huit ans, il s’enfonça dans la jungle brésilienne. 

Au bout de quelque temps, ses proches s’inquiétèrent du fait qu’il n’avait pas donné signe de vie. De nombreux explorateurs se lancent alors à sa recherche. Les témoignages les plus divergents se succèdent : l’un prétend avoir rencontré des indiens portant une plaque avec le nom de Fawcett, un second affirme avoir vu un blanc dans la jungle qui ne souhaitait plus retourner vivre dans la civilisation, un troisième aurait vu une tête coupée ayant les traits de Fawcett, etc…

Nul doute que Hergé avait dû lire tout cela dans les journaux de l’époque et qu’il s’inspira du personnage.

 

Partagez si ça vous a intéressé
  • 59
  •  
  •  
  •  
  •  
    59
    Partages
  • 59
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.