LE TRAIN DANS L’AFFAIRE TOURNESOL

On parle de train sans le voir (page 12) puisque Tournesol quitte le château et dit qu’il prend le train de 11 h 42. Détail intéressant pour qui voudrait reconstituer les horaires de trains à Moulinsart. Souvenons-nous, au passage, que Tintin arrivait à cette gare à 8 h 07 (semblerait-il !?), au début des 7 boules de cristal.   Et il n’y avait pourtant pas de distingo entre l’horaire d’été et celui d’hiver, dont on sait que c’est un casse-tête énorme pour les chemins de fer d’en assurer la bonne continuité lors des changements d’heure.

Mais revenons à notre Affaire et, page 19, nous sommes en gare de Genève pour assister au départ du train de 16 h 40 pour Nyon que Tintin et Haddock manquent de justesse.

De nos jours vous avez une desserte cadencée de trains entre Genève et Nyon. Dans cette plage horaire il y a 16 h 30 puis 16 h 45…

 La durée du trajet va de 11 à 15 mn selon les cas.

Le matériel représenté sur la dernière vignette de la planche 19, semble bien être une automotrice fourgon Type BDe 4/4 des chemins de fer Suisse (SBB CFF) comme le montre la photographie ci-dessous :

Ces engins ne sont plus en service de nos jours. Leur principal rôle était de tracter les trains régionaux sur les lignes secondaires. Trois de ces automotrices ont été sauvegardées.

Avant d’aller plus loin, dans le monde du train, un peu de géographie. Planche 33, nous sommes en France. Les ravisseurs de Tournesol sont poursuivis par Tintin et le Capitaine en hélicoptère. Suite à des tirs répétés de pistolet mitrailleur, celui-ci perd son carburant. C’est la panne sèche et pour arrêter la voiture des ravisseurs, Tintin pose l’hélicoptère en travers de la route.

Nous sommes sur la D25 (route de Perrignier) AVANT ce village puisqu’elle se termine au croisement avec la route de Bons, actuelle D903). Nous sommes bien en direction de Cervens à la distance de 5,2 km soit bien avant Perrignier.

Ceci étant situé, impossible de dire dans quelle cité, d’une manière plutôt « choquante », nos amis sont pris en auto-stop par un bouillant milanais roulant, allegro vivace !  Sa conduite a pour effet de passer in extremis un passage à niveau, à barrières traditionnelles (page 39)

mais sur quelle ligne de chemin de fer ? Impossible de localiser une ligne à double voie dans la région… Hergé s’est lâché, traversant la glace miroir de nos rêves sans souci du détail, pour délibérément, fermement devrais-je dire, nous mener sur la frêle bordure (!) de notre imaginaire une fois encore, au prétexte d’un scénario du temps.

Le kidnapping des savants était monnaie courante, la victoire en guerre froide est à ce prix. Et c’est bien volontiers que nous suivons Hergé, à pied, à cheval et …en train ! En voiture !!

Ensuite nous sommes en Syldavie, il semblerait que le chemin de fer y soit inexistant ! Stupeur : Dans « OBJECTIF LUNE » pas d’installations ferroviaires dans l’usine atomique de Sbrodj ! Je m’étais amusé à faire une carte de la Syldavie ainsi que le plan de l’usine de Sbrodj en y ajoutant des voies ferrées.

(Impossible de remettre la main sur ces précieux documents, dont j’avais adressé une copie à Hergé, dommage !).

Avec L’Affaire tournesol prennent fin les ambiances ferroviaires. Sur vingt-deux albums, seules onze aventures en sont plus ou moins pourvues. Terrifié par le nombre d’accidents en train, déraillements, explosions, bombardements, typhus…. Hergé nourrissait-t-il une phobie du train auto entretenue par sa créature, phobie qui finissait par le submerger ?

 

Les images extraites de l’œuvre de Hergé sont la propriété exclusive de MOULINSART SA. © Hergé-Moulinsart 2018.

Partagez si ça vous a intéressé
  • 104
  •  
  •  
  •  
  •  
    104
    Partages
  • 104
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.