ALBUMS TINTIN : COMMENT SE SERVIR DU BDM ? LA REFERENCE DES COLLECTIONNEURS DEPUIS 38 ANS

Vous êtes nombreux à vouloir identifier vos albums Tintin pour savoir s’ils ont de la valeur. C’est une question qui est posée des dizaines de fois sur toutes les pages Facebook consacrée à Tintin.

C’est normal car, de manière générale, les albums de Tintin font partie des Bandes Dessinées les plus difficiles à dater et à estimer, d’autant plus qu’il existe des centaines d’éditions des albums de Tintin, parfois avec des différences très subtiles.

PREMIERE CHOSE : LE COPYRIGHT 1947 NE SIGNIFIE ABSOLUMENT RIEN.

La date du copyright ©1947 ou ©1949 (la plupart du temps) imprimé dans l’album n’a strictement aucun rapport avec la date d’édition. Une erreur courante parmi les néophytes est de prendre l’année du copyright comme année d’édition de l’album. Or, cette date ne veut rien dire : par exemple, pour la plupart des albums dont la première édition remonte à 1947 ou avant, cette dernière année est demeurée celle du copyright jusqu’en 1958.

DEUXIÈME CHOSE : SE RÉFÉRER AU « QUATRIÈME PLAT »

La seule manière fiable de dater les albums est d’en étudier le quatrième plat (ou quatrième de couverture, la couverture arrière). C’est-à-dire l’endroit où est faite la publicité pour les albums déjà parus. C’est uniquement en comparant le quatrième plat (le dos de l’album), que l’on peut définir sa date de parution, la particularité de son édition et donc sa cote.

C’EST QUOI LE BDM ?

Le BDM – de l’acronyme de ses auteurs : Béra, Denni, Mellot – est un catalogue de cotations encyclopédique recensant les albums de bande dessinée publiés en français. Créé en 1979 par Michel Béra, Michel Denni et Philippe Mellot, il est publié par les éditions de l’Amateur et mis à jour tous les deux ans.

Tout à la fois catalogue encyclopédique et argus des BD de collection, le BDM est depuis 1981 une référence dans le monde des collectionneurs de BD.

Indispensable à tout collectionneur

Le BDM était à l’origine subdivisé en chapitres : « Albums », « La BD publicitaire », « Collection d’auteurs », « Silly Symphonies », « Périodiques », « Revues modernes », « Récits complets », « Petits formats », « Revues d’études », « Répertoire professionnel et adresses utiles », « Bibliographie », etc. Les publications sont classées par ordre alphabétique de séries ou d’unitaires, soulignés d’un bref commentaire, descriptif ou critique et sa cote éventuelle. Il recense la moindre réédition comme réimpression modifiée. L’intérêt et la complexité des albums de Tintin fait partie d’une section distincte en couleurs.

Jusqu’à sa vingtième édition, qui recensait 130 000 albums, il se voulait exhaustif. À partir de la vingt-et-unième édition, le BDM 2017-2018, seuls les albums dont la cote est supérieure à la valeur d’achat, ou les séries comptant un tel album, sont recensés.

Ce précieux ouvrage de plus de 1 000 pages est très utile pour ceux qui collectionnent les albums de Tintin. Ce livre est une référence avec de bonnes explications facile à utiliser. Il vous sera très utile sur les foires, ventes aux enchères et autres brocantes.

COMMENT UTILISER LE BDM ?

Supposons par exemple que vous veniez de faire l’acquisition de l’album Le Temple du Soleil qui figure ci-dessous :

1- Commencez par examiner son « 4éme plat ». Et regardez attentivement la liste des albums déjà parus :

2- Prenez ensuite votre exemplaire du BDM et reportez-vous à la Section TINTIN

À la fin de cette section figurent « Les tables de correspondance des 4e plats des Albums de Hergé ».

3- Feuilletez-les jusqu’à trouver le 4e plat qui correspond EXACTEMENT à celui de votre album du Temple du Soleil. Vous devez tomber sur celui qui figure ci-dessous : 

 

4- Vous découvrez alors qu’il est répertorié sur sous la mention B5 – 1951

5 – Revenez en arrière et consultez la liste des albums par ordre alphabétique et arrêtez-vous sur la page du Temple du Soleil : 

6 – Vous avez retrouvé votre album. Voyons maintenant ce que signifie les différentes indications :

ATTENTION A LA COTE !

En général pour des albums en bon état sans plus, les ventes n’atteignent pratiquement jamais la cote mais se vendent autour de 60% de leur cote.

Il faut enfin signaler l’importance de l’état des albums car la cote du BDM se base sur des exemplaires EN EXCELLENT ÉTAT.  Trop d’exemplaires ont fait l’objet de petits et grands trafics (dos refait, mélange de deux albums abîmés pour en faire un neuf, etc…).

En ce qui concerne les albums en Noir et Blanc, attention aux photocopies qui, vieillies au café, redonnent une fausse vieillesse. Toujours bien inspecter le bord de la toile du dos et guetter les déchirures du papier de l’image du premier plat. Sentir l’album pour détecter la colle, l’ouvrir pour tester l’existence d’un ré emboîtage. Et surtout vérifier toutes les pages !

OU TROUVER LE BDM ?

Des rumeurs contradictoires circulent concernant la prochaine édition du BDM (édition 2019-2020). Certains l’annoncent pour octobre 2019, alors que d’autres affirment que l’édition 2017-2018) était la dernière. En attendant d’en savoir plus, vous pouvez vous en procurer un (même ancien, il vous sera utile pour la datation de vos albums) sur les sites de vente de livres en ligne (Fnac, Amazon, etc…) ou sur les sites de ventes aux enchères :

Si vous le recherchez, j’en ai plusieurs à vendre.

N’HÉSITEZ PAS A ME CONTACTER

Partagez si ça vous a intéressé
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

3 commentaires


  1. Bonjour Jean-Luc.
    Je lis avec attention ce que vous avez fait paraître, qui résume bien les explications essentielles à connaître.
    Mais pourquoi diable indiquez-vous que les cotes parues au BDM sont celles d’albums en EXCELLENT ETAT.
    Outre le fait que cette stricte dénomination n’est pas reprise dans les pages d’informations générales (p6 et p7 du BDM 2017-2018), mais que l’on peut sans doute assimiler à  »TRÈS BON ETAT (TBE) » c’est-à-dire immédiatement après l’état NEUF, il est indiqué en page 6 que c’est la cote BON ETAT (état d’usage correct), donc un cran en-dessous du TBE) qui a été retenue par les éditeurs, exception faite pour les albums de 6e génération de collectionneurs, de même que les Tintin N&B, les portfolios et les tirages de tête, qui sont effectivement cotés en TBE.
    Bravo cependant pour cette première approche qui reprend le plus important sur la façon d’utiliser le BDM pour coter un Tintin découvert au hasard du chinage.
    Bien cordialement,
    Bernard.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.