HERGÉ ET SON OPEL OLYMPIA (1938)

Hergé a toujours été un grand amoureux des véhicules automobiles, au point d’acheter les modèles qui lui plaisaient le plus dès qu’il en a eu les moyens. Si l’on compte les 79 modèles d’automobiles reproduits dans les aventures de Tintin, seules 3 voitures parmi ces dernières ont été acquises par Hergé :

  • une Opel Olympia (Le Sceptre d’Ottokar),
  • une Lancia Aprilia (Tintin au pays de l’Or Noir), qualifiée par Hergé de « vraie automobile ».
  • une Porsche 356 bleue (Coke en stock),

Les deux premières ont eu le privilège d’être conduites par Tintin, contrairement à la Porsche 356 qui a fait une apparition discrète dans la dernière vignette du rassemblement automobile du « Volant Club » de Coke en stock. Attardons-nous sur l’Opel Olympia, la voiture des espions syldaves du Sceptre d’Ottokar. La même que celle que Hergé possédait à l’époque.

En effet, Hergé passa son permis de conduire et s’offrit sa première voiture en 1938 à l’âge de 31 ans. Et ce fut, bien évidemment une Opel Olympia Cabriolet Coach. C’est sans doute la raison pour laquelle il choisit de dessiner cette dernière pour le Sceptre d’Ottokar. Voici ce qu’il en dit :

“Je l’avais achetée aux Établissements Paul Cousin. Pendant la guerre, je l’avais cachée dans une grange, car les Allemands réquisitionnaient les voitures. Je n’ai donc pas beaucoup roulé avec. En plus l’essence était quasi introuvable. Puis je l’ai prêtée à un médecin… A la Libération, elle s’est faite un peu pliée par un gros camion américain…”.

Hergé ne précise pas ici qu’il a cependant accompli un véritable périple au volant de son Opel Olympia. Qu’on en juge :

Le 10 mai 1940, le lendemain de l’invasion de la Belgique (neutre) par les troupes allemandes, toute la famille Remi (Hergé, son épouse Germaine, la femme de son frère et sa jeune nièce de 3 ans) s’entasse dans la fameuse voiture en compagnie de leur chatte siamoise Thaïke. Comme des centaines de milliers de Belges, qui se sont lancés sur les routes, Hergé va connaître le chemin de l’Exode : des milliers de gens, en voiture automobile ou en voiture à cheval, bourrées de passagers, débordantes de valises, de martelas, d’objets les plus divers… tentent difficilement de se frayer un passage au milieu d’autres gens qui fuient à pied ou à vélo. Sans parler des camions et des véhicules militaires. Voyage interminable et d’autant plus épuisant qu’il est ponctué par les miaulements incessants de la petite chatte qui a très peur.  Ce périple va les conduire de Bruxelles à Paris et de Paris dans le Puy de Dôme à Saint-Germain-Lembron, à 10 km au sud d’Issoire. L’épouse de Marijac, l’un des dessinateurs de Cœurs Vaillants est là pour les aider à trouver une maison sans grand confort à proximité, dans le village de Collanges. Ils y resteront plus de 6 semaines, puisque ce n’est qu’à la fin du mois, le 28 juin 1940, que Hergé regagnera enfin Bruxelles.

Pour en savoir plus sur le séjour de Hergé en France, voir la publication qui lui est consacrée en cliquant sur l’image ci-dessous :

LE SAVIEZ-VOUS ? HERGÉ RÉFUGIÉ EN AUVERGNE AU PRINTEMPS 1940…

EN SAVOIR PLUS SUR L’OPEL OLYMPIA

L’Opel Olympia d’une cylindrée de 1,3 litres fut présentée en 1935. Elle doit son nom aux Jeux Olympiques qui allaient avoir lieu à Berlin l’année suivante. Il s’agissait de la première voiture allemande de série pourvue d’une coque autoporteuse tout acier. Sa production effective débutât en 1937. La carrosserie de l’Olympia présentait une série d’avantages : un poids total abaissé, une sécurité passive accrue et une excellente aérodynamique pour l’époque. L’Olympia était disponible en berline 2 portes et en découvrable.

LE SAVIEZ-VOUS ? :

L’Opel Olympia du Sceptre d’Ottokar change d’immatriculation au grè des albums !
La superbe Opel Olympia Kabrio-Limousine de 1938 qui figure à la page 14 de l’album change souvent d’immatriculation : 
– Elle n’a pas de numéro inscrit sur sa plaque minéralogique dans l’édition de 1958, 
– dans celle de 1962, elle en a un (50 51 91), 
– dans l’édition de 1969, elle n’en a plus à nouveau, 
– dans l’édition de 1979, elle en a un (131 046), mais différent de celle de 1962
– dans l’édition de 1987, il change (112 RA)

Partagez si ça vous a intéressé
  • 156
  •  
  •  
  •  
  •  
    156
    Partages
  • 156
    Partages

5 commentaires


    1. Merci Willy pour la date. Erreur d’inattention. C’est corrigé.

      Répondre

      1. Et oui, encore erreur !
        Le 10 mai 1941, le lendemain de l’invasion de la Belgique (neutre) par les troupes allemandes, toute la famille Remi (Hergé, son épouse Germaine, la femme de son frère et sa jeune nièce de 3 ans) s’entasse dans la fameuse voiture en compagnie de leur chatte siamoise Thaïke.

        À corriger en 10 mai 1940 !

        Répondre

        1. Je ne comprends pas, j’avais pourtant corrigé ! je recommence. Re-Merci pour Willy. Vous êtes désormais le correcteur officiel (et bénèvole) de ce blog ☺☺

          Répondre

  1. c’est quand même bizarre que l’immat change encore en 1987 !!!!????

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *