NOUVELLE COUVERTURE HOMMAGE : LA ROUTE DE L’OPIUM

Notre ami Stéphane BEAUMORT est (enfin) de retour avec cette nouvelle « Couverture-Hommage ». Il va sans dire (mais ça va mieux en l’écrivant) que Stéphane ne poursuit aucun but lucratif en nous régalant de ses superbes illustration, c’est sa façon de rendre hommage à Hergé.

(Les images extraites de l’œuvre de Hergé sont la propriété exclusive de MOULINSART SA. © Hergé-Moulinsart 2018 )

VOICI CE QUE NOUS ECRIT STEPHANE  :

Je dois bien admettre que l’idée de représenter les personnages dans cette situation inhabituelle m’amusait, et que je n’avais pas au départ la moindre idée de scénario ! Mais on ne peut tout de même pas faire faire n’importe quoi à Tintin et ses amis, il fallait donc trouver la justification à leur étrange comportement !!

LE « PITCH »

Tintin reçoit un télégramme étrange de Chine. Il est signé par son ami Tchang qui l’invite à venir « goûter aux plaisir du Lotus Bleu ». Or Tintin sait très bien qu’il s’agit d’une fumerie d’opium et que jamais son ami ne fréquenterait ce genre d’endroit, et surtout qu’il ne ferait jamais ce genre d’invitation. Tintin en déduit que Tchang a dû parler de façon codée et qu’il a dû lui arriver quelque chose. Il se décide donc à partir seul, mais le capitaine n’a jamais vu la Chine, et pense par ailleurs que le pays est devenu trop dangereux pour que le jeune homme s’y aventure seul. Les Dupondt décident alors de mettre leur grain de sel en proposant leur aide, forts des dernières méthodes policières d’investigation. Cette mission que Tintin comptait accomplir seul se complique encore quand Tournesol lui-même se joint à l’expédition afin de rechercher une variété très rare de pavot qui pourrait l’aider à développer un nouvel engrais…

Quelle piste suivre ? Pas d’autre choix que de se rendre au Lotus Bleu. Ce n’est certainement pas pour Tintin un lieu de prédilection, mais il n’y a pas le choix. Pour ne pas attirer l’attention, il faut se glisser parmi les clients, puis faire diversion. Tandis que Tintin et ses amis commandent une pipe à opium, le capitaine fait mine de se disputer avec Tryphon afin d’attirer l’attention, permettant à Tintin de se faufiler dans l’arrière-boutique. Il découvre alors un homme baillonné qui lui dit qu’il est trop tard, que Tchang était retenu prisonnier pour attirer Tintin dans un piège, mais qu’il a déjà été transféré ailleurs. Tintin se fait assommer et emmener à son tour. Ses amis devront mener l’enquête et remonter la route de l’opium pour retrouver leur ami…

ÉLABORATION DE L’IMAGE

Je suis parti essentiellement de deux images pour réaliser cette couverture : l’une est une case du Lotus Bleu dans laquelle Tintin découvrait les lieux, caché derrière un rideau ;

l’autre est une couverture de Tintin belge spécialement dessinée par Hergé pour la Campagne Nationale du Lait.

Tintin, quant à lui, est tiré d’une image de promotion de l’album Les Bijoux de la Castafiore.

Le serveur qui se trouvait dans l’image du Lotus Bleu a été déplacé et mis à la place de la vache laitière. La table basse avec l’encens a été agrandie et déplacée vers l’avant. Le capitaine Haddock a été déplacé vers la gauche et un peu agrandi. Milou et le chat ont également été déplacés.

Différents détails ont été supprimés (logo « M » sur les chapeaux et le collier de Milou, verres de lait et pailles). J’ai ensuite créé la banderole rouge et fabriqué les différentes pipes d’opium à partir de bouts d’images hors-texte du Lotus Bleu retravaillés, inséré le logo du dragon sur les tabourets et le menu que tient Tintin. Enfin, pour que l’image soit équilibrée, il a fallu prolonger le haut de l’image en inventant toute une partie qui n’existait pas.


LES PRÉCISIONS DE TINTINOMANIA

En 1956 Pierre Mendes France, alors chef du gouvernement français, lance une grande campagne de propagande : « pour être studieux, forts et vigoureux, buvez du lait ! » Peut-être vous en souvenez-vous, le verre de lait de Mendès France a marqué la mémoire collective. Il décrète la distribution d’un verre de lait et d’un morceau de sucre à l’heure de la récréation dans toutes les écoles.

Il a été pourtant accusé par ses détracteurs d’électoralisme. Beaucoup ont vu dans cette mesure un cadeau fait aux producteurs de lait, car Mendès était élu en Normandie.

En Belgique une campagne semblable fut organisée, financée par le Ministère de l’Agriculture et coordonnée par l’agence de publicité Vanypeco. Elle fut lancée au Palais des Académies de Bruxelles le 12 novembre 1959 et concernait les 8-14 ans. Des personnalités connues comme Jacques Brel, Hergé ou Franquin soutiennent l’opération et les enfants sont invités à devenir « brigadiers » en envoyant la feuille sur laquelle ils notent soigneusement les verres de lait quotidiens avalés.

Et il y a de superbes cadeaux à gagner : des lots importants, comme un voyage pour les Jeux Olympiques de Rome en 1960 et Tokyo en 1964, des postes de télévision, des radios transistor, lecteurs de cassette, vélos, attribués par tirage au sort, soutiennent le plaisir d’appartenir au club que forme la « Brigade du Lait » Cette carte permettait aussi d’avoir certaines réductions à des parcs d’attraction et de participer à des activités estivales. Cela fonctionne comme un mouvement de jeunesse avec une hiérarchie stricte, des fanions, des insignes pour récompenser les « bonnes actions ». On y participe en famille ou à l’école.

Quand la bêtise n’a pas de limite !

En 1959, le grand quotidien bruxellois LE SOIR refusa de publier une annonce publicitaire sur laquelle figurait Hergé au motif que de 1940 à 1944 il avait publié pendant l’occupation les Aventures de Tintin dans ce journal, dit « volé » pendant l’occupation.

Il figurait (en bas, à l’extrême gauche sur la photo) en compagnie d’autres célébrité Belges, sur la publicité qui avait été faite pour « La Brigade du Lait ».

L’agence avait eu l’idée de réunir sur une même photo, les plus grandes célébrité Belges de l’époque dont Hergé, Franquin, Jacques Brel, Jean-Pierre Talbot, Willy Vandersteen, etc… qui avaient accepté d’être « embrigadés ». De quoi montrer aux enfants que cette boisson naturelle n’était pas seulement réservée aux bébés. Vous imaginez la performance : réunir le même jour, à la même heure tous ces illustres personnages pour qu’ils posent devant l’objectif ! (Photoshop n’existait pas encore…)

Ça n’a pas empêché Le Soir de refuser de refuser la publication de l’annonce. Mais rassurez-vous, depuis le quotidien a mis de l’eau dans son lait puisque ça fait plus de 25 ans qu’il se fait de l’argent en éditant régulièrement des numéros spéciaux et autres ouvrages consacrés à Tintin et Hergé : O tempora, O Mores….

Partagez si ça vous a intéressé
  • 53
  •  
  •  
  •  
  •  
    53
    Partages
  • 53
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *