TINTIN – LE SURPRENANT « BACHIS » DES DUPONDT

Certains collectionneurs ont la chance de posséder l’édition originale de Tintin au Tibet parue en 1960 (Dos Rouge. 4éme Plat B29.)

Bien que le nom de l’éditeur Casterman figure en bas de la couverture, cet album a cependant été imprimé par l’imprimeur français Danel, à proximité de Lille. En effet, Casterman, dans les années 50/60 « sous-traitait » une partie de ses tirages d’album chez cet important éditeur.

Et sur les pages de garde bleu ciel (3éme plat) de l’album imprimé par Danel on a la surprise d’y voir figurer les 2 Dupondt avec leur béret de marin (le terme exact dans la marine nationale est : bachis) qui porte sur leur ruban légendé la mention « Redoutable » :

Alors que dans toutes les autre éditions cette mention ne figure pas : 

Certains d’entre-vous ont peut-être pensé qu’il s’agissait d’une référence au premier sous-marin français nucléaire lanceur d’engins (SNLE) Le Redoutable. Mais ce n’est pas la bonne explication puisque la construction de ce nouveau type de matériel a débuté seulement fin 1964 à Cherbourg.

En réalité Hergé s’était semble-t-il pourtant bien inspiré d’un sous-marin français, qui portait aussi le nom de « Le Redoutable« . Mais ce dernier, lui, était bien contemporain de Hergé, puisqu’il fut mis en service en juillet 1931 :

Il est d’abord affecté à la 5ème Escadrille à Toulon puis en octobre 1939, il opère au Maroc et effectue des patrouilles aux Açores et aux Canaries. Mis en Gardiennage d’Armistice à Toulon, il se sabordera avec la Flotte le 27 novembre 1942.

La flotte française a été sabordée à Toulon sur l’ordre de l’Amirauté du Régime de Vichy pour éviter sa capture intacte par le Troisième Reich.

On peut raisonnablement penser que Hergé s’est inspiré de ce sous-marin en 1943 quand il publie le Trésor de Rackham le Rouge, sous forme de feuilleton dans les pages du quotidien belge Le Soir. D’ailleurs le nom de Redoutable figure bien sur le béret de marin des Dupondt comme on peut le constater ci-dessous :

Lors de la première édition couleurs de l’album en 1945, les bérets des Dupondt conserveront le nom « Redoutable » sur le ruban de leur béret. Mais dans les éditions suivantes, la mention sera supprimée. Un lecteur Tintinologue en connais-t-il la raison ?

On peut néanmoins se poser la question quant à la raison de l’ajout par l’imprimeur français de cette inscription.

LE SAVIEZ-VOUS ?

L’idée d’affubler les Dupondt d’un costume de marin n’est pas nouvelle pour Hergé. Il l’avait déjà eue lors de la pré-publication de l’Or Noir dans le Petit Vingtième le 9 novembre 1939 lorsque ces derniers embarquent à bord du Speedol Star :

Partagez si ça vous a intéressé
  • 144
  •  
  •  
  •  
  •  
    144
    Partages
  • 144
    Partages

2 commentaires


  1. Dans le B 31 de 1962, le mot « REDOUTABLE » figure toujours sur les bérets des Dupondt de la page de garde à gauche.

    Répondre

    1. Sans doute s’agit-il d’une édition DANEL, seules ces éditions comportent cette particularité

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.