DES ILLUSTRATIONS DE HERGÉ PEU CONNUES… LES FABLES DE VROYLANDE (1941)

En février 1940, l’écrivain Robert de Vroylande fait savoir à Hergé qu’il aimerait lui confier l’illustration d’un recueil de « fables amusantes ». Ce dernier, alors mobilisé, lui répond qu’il doit préserver le peu de temps dont il dispose pour continuer les aventures de Tintin (L’Or Noir) dans le Petit Vingtième.

Mais en 1941 Robert de Vroylande revient à la charge et Hergé accepte la commande.

Fables de Robert de Vroylande, illustré par Hergé. Éditions STYX, 1941,

L’auteur dans ses fables met en scène des animaux et des humains.

Mais unes de ses fables est pour le moins malvenue, celle concernant « les deux juifs et leur pari ». De Vroylande entend y démontrer « qu’un juif trouve toujours plus juif que lui ». Ce dernier insistera même auprès de Hergé pour qu’il rajoute les « deux juifs » sur la couverture : « Ajoutez-y les 2 juif… Et ce sera parfait ».

Projet initial de Hergé sans les 2 juifs

Hergé, malheureusement, acceptera et cela lui sera beaucoup reproché par la suite.

Couverture définitive

Nombreux sont les détracteurs de Hergé qui vient ici une preuve de son prétendu antisémitisme et qui font souvent l’amalgame hâtif et irresponsable entre rexisme, Hergé et Robert de Vroylande. En ce qui concerne ce dernier, rien ne serait plus éloigné de la vérité historique

QUI ÉTAIT ROBERT DE VROYLANDE ?

Pour l’avoir fréquenté, Robert de Vroylande fut en effet un des premiers en Belgique à dénoncer les activités du chef rexiste Léon Degrelle.

À l’Université de Louvain, Robert s’était joint à Léon Degrelle et était vite devenu le rédacteur en chef du magazine Rex, le magazine mensuel de l’organisation fondée par Degrelle. Cependant, il a quitté ses fonctions dès la fin de 1933, après que Degrelle ait commencé à se séparer du Mouvement d’action catholique. Il est même devenu un de ses plus farouches ennemis.

En 1936, il publiait « Quand Rex était petit », violent pamphlet ridiculisant les velléités fascistes et la mégalomanie de Degrelle. Une violente brochure contre Degrelle, qu’il appelait « Monsieur Bluff ». Sa conclusion était que Degrelle était un menteur peu fiable, un futur dictateur et surtout un incompétent. Une virulente querelle publique opposa pendant des années Degrelle à Robert de Vroylande. C’est d’ailleurs probablement une des raisons qui lui valut d’être arrêté par la Gestapo en février 1944,

Avant et pendant la guerre, Robert de Vroylande a continué ses activités d’écrivain jusqu’à son arrestation le 18 février 1944. La seule raison semble avoir été qu’il a rencontré une liste de suspects qui chérissaient les sentiments anti-allemands. Il a été accusé d’aucun fait concret, mais a été néanmoins emmené au fort de Breendonk , de là à Buchenwald et finalement à Ellrich, une division du camp de concentration de Mittelbau-Dora , où il est décédé en décembre 1944.

La Belgique lui a octroyé la Croix du Prisonnier politique à titre posthume.

De toute évidence, c’était la rage de Degrelle qui l’a poursuivi et lui a coûté la vie

 

Si l’un(e) d’entre-vous dispose de cet ouvrage en PDF, je suis intéressé (tintinomania@gmail.com)

Partagez si ça vous a intéressé
  • 46
  •  
  •  
  •  
  •  
    46
    Partages
  • 46
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *