SCEPTRE D’OTTOKAR : RÉPONSE À LA QUESTION QUE VOUS VOUS ETES PEUT-ETRE POSÉE

Dans Le Sceptre d’Ottokar, à la page 55 de l’album, juste avant que l’avion de Tintin soit pris dans les tirs de la DCA Bordure, Hergé nous présente un drôle d’appareil sur lequel nous nous sommes tous interrogés.

Version Noir & Blanc
Version Couleurs

Il s’agit d’un TÉLÉSITÉMÈTRE ! Une invention française qui permettait de prévoir l’arrivée d’un avion alors que le son qu’il émettait n’était pas encore perceptible par l’oreille humaine. Ce type d’engin fut détrôné par l’arrivée du radar.

Mais revenons à l’origine de ce surprenant engin :

Lorsque Jean-Baptiste Perrin, lorsque commence la première guerre mondiale, est mobilisé comme officier du Génie, il entreprend dès 1915, des recherches sur la détection à partir du son. En utilisant le principe de l’écoute binauriculaire, le capitaine Perrin met au point, en 1917, le myriaphone.

Le principe du myriaphone est donné par son inventeur (accrochez-vous !) : Un grand nombre de prises de son identiques, de simples cornets dans le cas de l’air, captent l’énergie sonore. Cette énergie sonore, pour chaque prise s’engage dans un tuyau sonore où elle se conserve approximativement. Les divers tuyaux groupés, par exemple par 7, accolent leurs extrémités en un carrelage qui forme le fond d’un cornet allongé qui peut être de nouveau conjugué avec d’autres cornets, jusqu’à un cornet qui conduit le son au fond de l’oreille.

Ce système permet d’amplifier le signal sonore et le nombre de cornets augmente la précision du pointage en direction. Ces myriaphones vont servir comme capteurs pour le fameux télésitémètre de trajectoire Perrin. Le matériel est expérimenté en février 1918 au Centre d’Instruction et d’Études de la D.C.A. du Fayel, près de Compiègne. L’appareil donne satisfaction et 20 sont mis en construction et livrés en juin. Une commande de 100 appareils est passée en septembre. Ces derniers, manœuvrés par des opérateurs expérimentés ont une portée par temps calme de 6000 à 7000 mètres pour un avion volant à 2000 mètres.

Si le télésitémètre n’a pas connu le succès escompté, signalons que Jean-Baptiste Perrin mit au point sur le même principe les hydrophones afin de détecter les sous-marins.

 

 

Partagez si ça vous a intéressé
  • 67
  •  
  •  
  •  
  •  
    67
    Partages
  • 67
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *