TROISIÈME OBJET DE LA SÉRIE ICÔNE : TINTIN DANS SON FAUTEUIL

icône fauteuil

Cette troisième « icône » présente Tintin confortablement assis dans un fauteuil, un livre à la main et Milou assoupi à ses pieds. La scène est extraite de L’Oreille cassée.

Tintin mène l’enquête. D’emblée, il cherche à en savoir plus sur le pays des Arumbayas, région d’origine du précieux objet. Pour rendre la lecture plus agréable, Tintin s’installe dans un confortable fauteuil club. Sa couleur laisse à penser qu’il est simplement revêtu de tissu ou de velours et non du cuir de mouton pleine fleur traditionnellement utilisé pour ce type de siège.

Pour le design du fauteuil, Hergé a choisi des formes fondamentales et géométriquement épurées. On pourrait y voir l’influence du style Art déco. Plus simplement, Hergé aura sans doute cherché à faire la synthèse du fauteuil dans ce qu’il a de plus essentiel. Comme c’est souvent le cas, le dessinateur propose l’évocation générale d’un objet plutôt que sa représentation réaliste.

L’équipe 3 D de Moulinsart a voulu respecter cette conception; c’est pourquoi les arêtes du modèle sont vives et très « ligne claire ». Il n’était pas question de surajouter des détails superflus, comme des coutures ou des arrondis dus au rembourrage.

Visuellement, les concepteurs ont tenu à ce que Tintin lui-même soit présenté comme une icône. Il a donc fallu se distancier un peu du dessin et du récit pour aboutir à un Tintin générique, qui ne soit pas attaché à une époque ou un album précis.

Les premières représentations de Tintin se présentent avec un visage rond et des proportions enfantines. Ils ont donc choisi de lui donner une allure plus  « adulte », c’est-à-dire plus proche des derniers albums et de l’image générale que l’on a de lui.

Comme la statuette de Tintin se cachant dans le vase chinois, c’est un classique très apprécié. Il y a probablement plusieurs raisons à cela. C’est d’abord une image atypique. Tintin est toujours en mouvement mais, pour une fois, il décide de faire une pause, de souffler un peu entre deux courses-poursuites trépidantes. Milou et lui sont à la maison, apaisés. Il y a quelque chose de paisible et de réconfortant dans cette scène.

Le socle est rond pour inscrire les personnages dans un cercle, comme une bulle d’intimité protectrice qui renforce le côté “cocon » de la scène.

Pour en savoir plus, cliquez au milieu de l'image
Partagez si ça vous a intéressé
  • 71
  •  
  •  
  •  
  •  
    71
    Partages
  • 71
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *