SPÉCIAL 90éme ANNIVERSAIRE : QU’EST DEVENUE LE NUEVO RICO ?

2019 marque le 90ème anniversaire du célèbre reporter belge. Hergé a très souvent utilisé les tribulations de Tintin comme des témoignages très contemporains de son époque: chaque album reflétant un pan de l’Histoire du XXème siècle : le communisme dans Tintin au pays des Soviets, le colonialisme dans Tintin au Congo, l’impérialisme japonais dans Le Lotus Bleu, la guerre froide dans L’Affaire Tournesol, la conquête spatiale dans Objectif Lune et On a marché sur la Lune, les révolutions et l’instabilité politique en Amérique du Sud dans Tintin et les Picaros, etc…

A l’occasion de cet anniversaire, Notre ami Sébastien Mayoux s’est essayé à un petit exercice : imaginer ce que sont devenus les pays imaginaires créés par Hergé au cours des aventures de Tintin. Car la Syldavie, la Bordurie, le Khemed, le San Théodoros, le Nuevo Rico ou les royaumes indiens de Rawhajpoutalah et du Gopal ont tous été imaginés comme des états contemporains, ayant une place géopolitique dans le monde de l’époque.

LE NUEVO RICO

Qualifié de miracle économique de l’Amérique du Sud au cours des années 1970–1980, le Nuevo Rico était ce modèle de pays socialiste qui fonctionne.

La grande richesse de ses sols en pétrole lui permettait de financer un État-Providence fort et interventionniste, un peu comme le Venezuela d’Hugo Chavez ou la Bolivie de Maduro.

Mais la chute des cours du pétrole a conduit le pays à sa perte.

Le pétrole représentait 89,6 % des exportations du pays. Cette part est passée à 96 % en 2012. L’état des raffineries oblige le gouvernement à importer une grande partie de l’essence consommée au Nuevo Rico, pour un coût de 7 milliards de dollars. Le carburant est vendu à des prix dérisoires dans les stations-service : 0,0001 bolivar fort, un dollar s’échangeant contre 980 bolivars forts. 

Les raffineries sont pour la plupart à l’arrêt. Les incidents sont quotidiens et parfois mortels. En 2012, une explosion dans le complexe de raffinerie de Sanfacion avait fait de tels dégâts que le pouvoir n’a pu le cacher. Les conditions de travail sont devenues épouvantables. La question de la sécurité, tant des salariés que des populations alentour, est totalement ignorée.

Le système économique s’est effondré : les exportations n’arrivant plus à injecter suffisamment de devises pour financer les (trop) lourdes dépenses de l’État. Petit à petit, le Nuevo Rico s’est enlisé dans la pauvreté.

Aujourd’hui, son économie est complètement exsangue, et rongée par l’inflation et le chômage.

Au moins un million de Nuevoricains ont quitté leur pays au cours des deux dernières années, chassés par les conditions économiques désastreuses et par la situation politique explosive.

Ce sont surtout les pays limitrophes, comme le San Théodoros et la Colombie et le Brésil, qui ont reçu ce flux migratoire.

 

SPÉCIAL 90éme ANNIVERSAIRE : QU’EST DEVENUE, LA SYLDAVIE ?

Partagez si ça vous a intéressé
  • 55
  •  
  •  
  •  
  •  
    55
    Partages
  • 55
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *