LA VERRIÈRE DE LA GARE DE GENÈVE…

La gare de Genève, dite gare Cornavin, est représentée à la page 17 de l’album. On y voit Tintin et Haddock devant la façade. Ils n’ont pas pris le train mais sont arrivés avec un car de la Swissair dont le terminus est situé à la gare (l’actuelle liaison ferroviaire avec l’aéroport est postérieure puisqu’elle date de 1987). Les agents bordures sont hors champ mais ils les épient aux abords de la gare. Ils sont d’ailleurs dans le hall de l’hôtel Cornavin, à deux pas de là, où ils ont une altercation avec Haddock !

À noter le réalisme des détails, qui font appel à des éléments existants : la grande enseigne CFF, et, plus discrètes, les deux affiches touristiques de part et d’autre de la porte : à gauche, le lac des Quatre-Cantons; à droite, St-Moritz. Deux pages plus loin (p. 19), les deux héros reviennent à la gare.

 

où ils manquent de peu le train pour Nyon. Or l’intérieur de l’édifice qui est représenté avec une verrière,

ne correspond pas à la gare réelle qui n’en comporte pas. On sait que Hergé, qui avait demandé des photographies à Jean Dupont, avait finalement renoncé à obtenir ce document.

Sur quelles sources, lui ou son collaborateur Roger Leloup, se sont-ils appuyés ? Selon une légende plutôt improbable, il aurait en fait représenté la gare de Lausanne. Celle-ci comporte bien une verrière, mais pas de la forme de celle de l’album. Une autre hypothèse voudrait que Hergé se soit simplement inspiré d’une gare belge, comme l’ancienne gare du Nord à Bruxelles.

ROGER LELOUP, COLLABORATEUR DE HERGÉ AVANT YOKO TSUNO

Partagez si ça vous a intéressé
  • 232
  •  
  •  
  •  
  •  
    232
    Partages
  • 232
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.