VIDÉO : JACQUES MARTIN ET LES AUTOS DU JOURNAL TINTIN

JACQUES MARTIN ne s’est pas borné à créer les personnages d’Alix l’Intrépide ou de Lefranc. C’est lui aussi qui rédigeait (et illustrait) les rubriques sur l’aviation et sur l’automobile qui paraissent régulièrement dans les premières années du Journal TINTIN de 1948 à 1953. En effet, il cultivait aussi deux autres passions : l’automobile et l’aéronautique (ironie de l’histoire, Jacques Martin travaillera pendant la guerre, dans le cadre du STO, dans les usines Messerschmitt).

Voilà comment de 1948 à 1953, Jacques Martin va devenir une sorte de journaliste automobile pour enfants en croquant voitures ou avions sous tous les angles, préfigurant les célèbres Chroniques de Starter dessinées par Franquin à partir de 1956 dans le journal Spirou (puis Jidéhem), et contribuant à façonner la culture automobile de milliers de petits français.

Dans les années 50 et 60, l’automobile avait sans doute une autre dimension qu’aujourd’hui. Loin de n’être qu’un moyen de locomotion, c’était aussi un monde nouveau, enfin accessible au plus grand nombre, synonyme d’ascension sociale, de réussite, de vitesse, mais aussi de sport automobile. Adultes, adolescents et enfants se passionnaient pour chaque salon de l’automobile et pour chaque nouveau modèle.

Comment un dessinateur à ce point féru d’histoire antique pouvait-il manifester tant d’intérêt pour la mécanique, l’aérodynamisme et les chevaux-vapeur ?…

Regardez la vidéo ci-dessous pour le savoir :

Cliquez sur l’image pour lancer la vidéo

JACQUES MARTIN ET LES VOITURES DANS LES AVENTURES DE TINTIN

Le premier album sur lequel travaillera Jacques Martin sera l’Affaire Tournesol. Au fil des pages on y découvre une ambiance automobile jamais atteinte chez Tintin : circulation, courses poursuites et queues de poisson, voire même création de voitures imaginaires. Car si Jacques Martin est pointilleux sur les détails (avec une parfaite Lancia Aurelia B20 conduite par un chauffard italien), il n’hésite pas, pour les besoins de l’histoire, à créer de toute pièce une nouvelle voiture. Si la marque n’est pas citée, ce cabriolet jaune dont la calandre s’orne des moustaches du Maréchal Plekszy-Gladz s’inspire de Facel Vega, Chevrolet et Mercedes pour un résultat très réaliste.

 

Partagez si ça vous a intéressé
  • 76
  •  
  •  
  •  
  •  
    76
    Partages
  • 76
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *