TINTIN : ÉLOGE DE LA CONDUITE DU SENOR ARTURO BENEDETTO… CARTOFFOLI DE MILANO

  • Dans L’Affaire Tournesol, Tintin, le capitaine Haddock et Milou sont à la poursuite des ravisseurs de Tournesol. Cette poursuite à rebondissements fait halte dans un petit village où Haddock traverse la route principale pour aller au bureau de tabac. Un crissement strident suivi d’un bang effroyable retentissent ! Le capitaine vient d’être percuté par une puissante voiture de sport. Le bolide en question est une Lancia Aurelia B20.

Au volant de cette magnifique voiture un pilote de nationalité italienne : Il Signore Arturo Benedetto Giovanni Giuseppe Pietro Archangelo Alfredo Cartoffoli dé Milano. Il est très fier des voitures italiennes et se lance avec enthousiasme à la poursuite de la Chrysler des ravisseurs du Professeur Tournesol.

Sur le site officiel Tintin.com il existe un Tintinophile qui est des plus importants contributeurs et qui publie régulièrement des commentaires tous plus intéressants les uns que les autres. Il se cache derrière le pseudo de « nicnol » et semble habiter la région de Huy en Belgique dans la province de Liège. Voici l’un de ses commentaires à propos de l’Affaire Tournesol

LA DEMONSTRATION DE NICNOL

D’après « nicol » il convient de créditer « Arturo Benedetto … Cartoffoli dé Milano » de la qualité de « meilleur conducteur du monde » !!! « Qualité » qu’il revendique pour ses compatriotes (lui compris) 

et que « prouvent » :

1° le démarrage, sur « les chapeaux de roues », sans bloquer le moteur, de sa Lancia Aurelia B20 GT coupé :

2° le franchissement à toutes vapeurs, de la zone de « goudron frais », sans dévier de trajectoire … en dépit du drapeau rouge et du panneau de signalisation … et tant pis pour les ouvriers du personnel de chantier préposés à la réfection de la chaussée :

3° le virage, négocié quasi « à la corde » … et RE tant pis pour la vieille guimbarde – une Citroën C6 G :

4° la maîtrise du véhicule … en dépit de l’accélération soudaine (sollicitée plaisamment par Tintin malgré les claquements de dents de peur de Haddock !) et du « dos d’âne » :

5° un superbe mépris de la limitation de vitesse à 30 kms/h, une trajectoire, parfaite, rasant sur la droite un cycliste et deux piétons, sur la gauche, un camion Renault Goélette jaune et semblant gêner le démarrage d’une Citroën 2CV fourgonnette grise :

Ensuite, en guise de « chef d’oeuvre » de maîtrise de conduite, en pleine agglomération de Cervens, commune française transfrontalière du Grand Genève :

6° la manière dont « Cartoffoli » se tire de la violation délibérée de la priorité de droite, cerné qu’il est sur sa droite par le camion Dodge et, devant lui, la Peugeot 203 « Familiale » bleue :

 

7° le double dérapage contrôlé évitant la Citroën 8CV « Rosalie » rouge, la Ford Vedette Abeille bleue, le piéton et le motocycliste 

Et, CHEF d’OEUVRE dans le CHEF d’OEUVRE sur la place principale de Cervens :

8° la traversée homérique du marché public (AT, 38-II), également en dérapage contrôlé, au cours de laquelle, « Cartoffoli » évite :

  1. a) trois voitures (une Chenard & Walker 1935 ou une Berliet – ? – rouge et brune, une Renault 4CV verte et une Peugeot 202 bleue), une motocyclette et une charrette à cheval ;
  2. b) des animaux à pattes (chien, cochons, vaches et le cheval ruant puissamment), à ailes et à plumes (poules et oies) ;
  3. c) la gent humaine : quasi impossible d’estimer le nombre de ceux qui sont impliqués « directement » (parce que se trouvant sur la trajectoire de la Lancia) ou « indirectement » (parce que pris de panique) ;

Cette case (*), Hergé aurait légitimement pu la revendiquer comme une de ses meilleures … au même titre que celles qu’il a personnellement identifiées dans « Le crabe aux pinces d’or » et « Le trésor de Rackham le Rouge » … tant elle est riche d’une multiplication de mouvements divers synthétisant un tout récent passé, paraissant cependant conjugué au « présent » , un présent « immédiat » et un futur déjà « présent » !!! Ensemble « temporel » obéissant précisément à la trajectoire de la voiture maîtrisée … de main de maître par « Arturo, Benedetto …. Cartoffoli dé Milano » !!!

(*) en 1960, elle me paraît avoir inspiré le tohu bohu, objet d’une question en forme de « devinettes » du jeu « Bob Binn » du Journal Tintin, n° 614 (18/60), intitulé « Bob Binn à Loufocqville » 

9° admirons l’efficacité des freins de la Lancia (TS I I I I I) et la manière dont Cartoffoli, ne déviant pas d’un centimètre, s’arrête sous l’injonction de l’agent de police – qui ressemble à Dupont.

10° le franchissement du passage à niveau à double barrière … analogique avec un fait semblable, dans un contexte autrement plus dramatique, dans « L’Oreille cassée » 

11° enfin, « ouné pétite queue dé sardine » et « oun bon coup dé frein … Ecco ! … Superbissimo » pour faire s’arrêter la Chrysler New Yorker Deluxe jaune des ravisseurs de Tournesol 

Il reste que cet intermède est un des plus désopilant de TOUTE l’oeuvre d’Hergé et se classe en TOUT PREMIER lieu de ceux émaillant « L’Affaire Tournesol » qui en fourmille !!!

Merci à Nicnol pour sa brillante démonstration.

HERGÉ ET LA LANCIA AURELIA B20 GT : SANS DOUTE SA VOITURE PRÉFÉRÉE

Partagez si ça vous a intéressé
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

3 commentaires


  1. Petite,toute petite correction : au & 2 : » EL Signore…. »,c’est en Espagnol ! ici,en Italien,c’est « IL Signore… »
    Ma tutti ti perdonano con tutto il cuore !!

    Claude (-io)

    Répondre

    1. Merci Claude. Je m’empresse de corriger.
      Ci scusiamo per questo errore imperdonabile😉

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.